L’alchimie et la transformation de la matière

La sculpture de bronze est le résultat d’un travail intense et complexe qui fait appel à de solides connaissances techniques. L’étroite connivence entre le fondeur et l’artiste est nécessaire afin d’amener le bronze à révéler toute l’émotion insufflée dans la création artistique. Sculpteure depuis 15 ans, je pratique ce métier de métal et de feu, en alchimiste qui transmute la matière en émotion.

Lors de ma première expérience de fonderie en 1994, je me souviens avoir demandé au fondeur de m’enseigner le moulage au sable. Il a apprécié mon désir d’apprendre les rudiments qu’il s’apprêtait à me transmettre. Tout au long de ma carrière, j’ai posé beaucoup de questions, m’informant auprès des personnes de différents métiers afin d’approfondir mes connaissances techniques. Grâce au compagnonnage d’un maître-fondeur, en 2005 j’ai pu réaliser les pièces monumentales de l’installation «Trans-Mutation». Son intérêt à trouver les solutions aux problèmes techniques que posaient les pièces à réaliser, m’a permis de créer des oeuvres uniques auxquelles étaient fusionnées des cannettes.

C’est tellement gratifant de découvrir en n la sculpture à l’état brut après avoir cassé le moule de sable ou de céramique. Ce moment est tout à fait magique. Ensuite, pour amener ce brut de fonderie à l’image de la création artisanale, l’artiste doit rectifier, accentuer les contrastes des plans lisses et texturés, préciser la ciselure, traiter les surfaces avec des abrasifs pour les polir, chauffer et patiner avec des oxydes qui colorent et transmettent la vie au métal. Ce procédé millénaire de transformation de la matière émerveille toujours autant le fondeur, l’artiste et le spectateur.

La photo représente le «Prix Lucie-Chagnon», une petite série créée pour Québec en forme. Chaque année, l’organisme décernera ce prix, a n de reconnaître le travail d’une personne et la mettre en lumière. Les heureux lauréats 2008 et 2009 sont dans l’ordre, Steeve Lottinville et Suzanne Beauchemin.

Mag2000 — Février 2010